Polymères, béton… les matériaux s’auto-réparent !

Café des techniques
Jeudi 19 mars 2015 à 18h30, Musée des arts et Métiers (Paris)


 
Frappés d’obsolescence, les objets inanimés peuvent aujourd’hui retrouver une seconde vie grâce à une propriété jusqu’à présent réservée au monde vivant: l’auto-cicatrisation. Caoutchouc capable de s’auto-réparer par simple mise en contact, béton doté de la fonction de cicatrisation des fissures grâce à des bactéries incluses dans le matériau dès sa conception jusqu’aux processus de régénération appliqués aux diodes électroluminescentes (LED), les recherches menées dans ce domaine depuis une dizaine d’années ne manquent pas d’imagination. Si le processus peut s’appliquer à presque tous les matériaux, les stratégies développées impliquent des mécanismes spécifiques selon le contexte.
Dans les matériaux à autocicatrisation intrinsèque, type polymères, le phénomène, basé sur des mécanismes moléculaires réversibles, repose sur la faculté des molécules constitutives du matériau à créer des liaisons entre elles. Une autre approche s’appuie sur des agents cicatrisants inclus dans des microcapsules qui sont libérés en cas de dommage, permettant ainsi une réparation rapide, localisée mais unique. Dans les matériaux à réseaux vasculaires, l’agent cicatrisant est transporté par des capillaires vers la zone à régénérer ; grâce à la connectivité du réseau, les réparations multiples sont ainsi rendues possibles.
Les applications ne font pas encore partie de notre quotidien, mais nul doute que cette fonctionnalité pourrait être particulièrement convoitée dans le domaine de la construction pour réduire les coûts de maintenance et plus encore dans le spatial où les possibilités d’intervention sont très limitées. Au-delà de la prouesse technique, le nouveau défi repose aujourd’hui sur notre capacité à produire à grande échelle et à rendre le surcoût acceptable.

 
Avec Ugo Lafont, Components Technology & Space Materials Division, Materials Space Evaluation and Radiation Section, European Space Research and Technology Centre (ESTEC), ESA, François Tournilhac, directeur de recherche au CNRS, laboratoire Matière molle et chimie UMR 7167 (CNRS/ESPCI ParisTech), et Virginie Wiktor, chercheuse à l’université technologique de Delft
 

Café des techniques

 
Café-débat sur l’actualité scientifique et technique. Lieu de dialogue entre chercheurs, industriels, responsables politiques ou économiques, chercheurs en sciences humaines et citoyens.

Le 3e jeudi du mois, de 18h30 à 20h
au Musée des arts et métiers, 60, rue Réaumur, 75003 Paris

Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Inscription préalable obligatoire sur le site du Musée des arts et métiers.

En partenariat avec le Musée des arts et métiers et avec le soutien de l’Association des amis du Musée des arts et métiers