L’olfaction, une fonction vitale ?

« Pour le Développement des Sciences et de l’Innovation (PDSI) au service des transitions »
Jeudi 16 juin 2022 à 18h à l’Hôtel de l’industrie, Paris, et en visioconférence Zoom


Voir la vidéo de la rencontre
Voir les PowerPoint des présentations de F. Galibert et C. Becker (© 2022 F. Galibert, C. Becker, tous droits réservés)

 
 

 
Francis Galibert, pharmacien, docteur ès sciences physiques, membre de l’Académie nationale de médecine, membre de l’EMBO (Organisation européenne de biologie moléculaire)
Calice Becker, parfumeur, directrice de l’Ecole de parfumerie Givaudan
 
Modération des échanges :
Patrice Debré, professeur émérite d’immunologie à Sorbonne Université, membre de l’Académie nationale de médecine, vice-président de l’AFAS
 
 
L’olfaction, c’est-à-dire la capacité de détecter, d’analyser et de réagir à des substances chimiques se trouvant dans l’environnement, qu’il soit gazeux ou liquide, est une quasi-nécessité pour tous les êtres vivants.
Cette capacité à «sentir» leur environnement est particulièrement utile pour tous les animaux en leur permettant de trouver de la nourriture, d’échapper aux dangers et de trouver des partenaires au minimum pour se reproduire. Le principe général de la détection des substances chimiques de l’environnement est universel. Nous verrons comment les récepteurs olfactifs, qui tapissent les membranes olfactives des mammifères mais également des poissons, jouent un rôle important dans le sens de l’odorat. L’évolution, la variabilité génétique de ces récepteurs seront abordées ainsi que les modalités des réponses chimiques et physiologiques.
Les humains eux, ont moins de récepteurs olfactifs, mais nous découvrirons comment ces récepteurs sont encore assez puissants pour contrôler nos vies.
 


Francis Galibert, pharmacien, docteur ès sciences physiques, professeur émérite à l’université de Rennes 1, est membre titulaire de l’Académie nationale de médecine et membre de l’EMBO (Organisation européenne de biologie moléculaire). Il rejoint le CNRS comme attaché de recherche affecté à l’Institut des maladies du sang, où il découvre et identifie l’ARN 5S. Au début des années soixante-dix, à Cambridge en Grande-Bretagne, au Research Council, il développera la méthodologie de séquençage de l’ADN, qui fut à l’origine des développements spectaculaires qu’a connus la biologie au cours de ces cinquante dernières années. Puis il a appliqué cette méthode pour déterminer le séquençage complet du génome du virus de l’hépatite B, qui sera la source du vaccin dont il est l’un des co-inventeur. Dans les années quatre-vingt-dix, il s’intéresse au génome du chien et s’emploie à promouvoir le chien comme un modèle unique pour l’identification des mutations impliquées dans les maladies génétiques. Cet effort aboutit d’une part à la reconnaissance internationale de ce modèle et à la détermination nucléotidique complète du génome canin, qui sera co-publiée en 2005. C’est alors qu’il s’intéresse à l’olfaction. Dans ce cadre, il identifie et caractérise l’ensemble des récepteurs olfactifs du chien ainsi que leur polymorphisme génétique en fonction des races. Plus récemment, il s’intéresse à leur niveau d’expression.

Calice Becker, parfumeur, directrice de l’Ecole de parfumerie Givaudan, travaille depuis quinze ans au cœur de New York, chez Givaudan, et élabore les plus beaux parfums, s’inspirant de ses voyages, de ses souvenirs et de son histoire. Pourtant, sa première vocation était de devenir médecin. Ce sont en réalité sa mère, sa tante et surtout Françoise Caron, son mentor, qui ont su détecter son talent et l’orienter dans la voie des odeurs. Aujourd’hui, nous lui devons une multitude de parfums hors du commun tels que J’Adore de Dior, Tommy Girl, Lola de Marc Jacobs, Beyond Paradise d’Estée Lauder, Vent Vert de Balmain ou encore Rock Princess de Vera Wang.

Patrice Debré est professeur émérite d’immunologie à Sorbonne Université, membre de l’Académie nationale de médecine, ancien chef du service d’immunologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière, ancien directeur d’unités CNRS et Inserm et d’un institut de recherche. Il a exercé de nombreuses responsabilités internationales en relation avec l’aide pour le développement, dont la présidence du Cirad et la représentation française à de nombreuses organisations internationales (Fonds Mondial, EDCTP, Unitaid). Il est aujourd’hui conseiller à Aviesan, à la délégation des Relations internationales et à la direction de la Recherche clinique et de l’innovation de l’AP-HP. Il est vice-président de l’AFAS.


INSCRIPTION
 
Cette conférence sera organisée en présentiel et en visio via l’application Zoom (le lien de connexion sera communiqué aux inscrits la veille).
 

Cycle de conférences
Pour le Développement des Sciences et de l’Innovation (PDSI) au service des transitions

 
Rencontres d’information scientifique et technologique, à visée pédagogique et didactique, autour d’un scientifique et d’un acteur socio-économique, qui présentent une thématique à travers leurs connaissances et leurs expériences, contribuant à décrypter et présenter des solutions répondant aux enjeux de transition économique, sociétale, technologique, numérique et/ou environnementale.
 
3e jeudi du mois, de 18h à 19h30
à l’Hotel de l’industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Inscription préalable obligatoire.
 
En partenariat avec la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, la Société des ingénieurs et scientifiques de France (Ile-de-France) et l’Association Bernard Gregory
Avec le soutien d’EcoLearn, de MR21, de la Fondation e5t et du collectif étudiant Pour un réveil écologique