L’exposome : une vision intégrée de l’impact de l’environnement sur le bien-être et la santé

Pour le Développement des Sciences et de l’Innovation (PDSI) au service des transitions
Jeudi 16 décembre 2021 à 18h à l’Hôtel de l’industrie et en visioconférence Zoom


Voir la vidéo de la rencontre
Voir les PowerPoint de la présentation de R. Barouki (© 2021 R. Barouki, tous droits réservés) et de la présentation de G. Lemkine (© 2021 G. Lemkine, tous droits réservés)

 
 

Nathalie Ruaux, CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons

Nathalie Ruaux, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons
 
Avec l’intervention de :
Robert Barouki, professeur de biochimie, université de Paris, directeur de l’unité Inserm 1124, chef de service de biochimie métabolomique et protéomique, hôpital Necker-Enfants Malades
Gregory Lemkine, associé, président-directeur général et co-fondateur du laboratoire Watchfrog
 
Modération des échanges :
Patrice Debré, professeur émérite d’immunologie à Sorbonne Université, membre de l’Académie nationale de médecine, président de l’Afas
 
 
Les polluants de l’environnement ont de nombreux effets présumés sur la santé : maladies respiratoires, métaboliques, cardiovasculaires, neurodégénératives, neurodéveloppement, fertilité, allergies, etc. Leurs effets doivent à présent être intégrés dans un cadre plus large, celui de l’étude de l’exposome qui correspond à l’ensemble des expositions (physiques, chimiques biologiques, psychosociales) tout au long de la vie. Cette nouvelle vision des effets de l’environnement sur la santé devrait avoir des implications pratiques considérables pour la santé publique, la réglementation et la recherche dans ce domaine. Elle peut contribuer à mieux comprendre les effets du changement climatique.

L’environnement ne présente pas que des dangers. Il existe des expositions positives (espaces verts, espaces bleus) et les mesures prises pour limiter les impacts négatifs de certaines expositions peuvent avoir des effets bénéfiques de manière plus globale sur la santé.


Robert Barouki est PU-PH, directeur de l’unité Inserm 1124 à l’université de Paris et chef de service de biochimie métabolomique et protéomique, hôpital Necker-Enfants Malades. Il a consacré ses travaux de recherche récents à l’étude des mécanismes de toxicité des polluants de l’environnement comme la dioxine, les pesticides et les perturbateurs endocriniens et les effets de mélanges de toxiques. Robert Barouki s’intéresse au concept d’exposome et aux approches multidisciplinaires et intégrées dans le domaine environnement/santé et dans le domaine des maladies métaboliques. Il coordonne ou participe à plusieurs programmes européens. Dans une perspective plus générale, il s’intéresse de près à la communication de concepts et de données scientifiques au grand public. Il est le lauréat OPECST-Inserm 2018.

Gregory Lemkine est associé, président-directeur général et co-fondateur du laboratoire Watchfrog


Inscription
 
Cette conférence sera organisée en présentiel (le passe sanitaire sera demandé pour l’accès en salle) et en visio via l’application Zoom (le lien de connexion sera communiqué aux inscrits).
 

Cycle de conférences
Pour le Développement des Sciences et de l’Innovation (PDSI) au service des transitions

 
Rencontres d’information scientifique et technologique, à visée pédagogique et didactique, autour d’un scientifique et d’un acteur socio-économique, qui présentent une thématique à travers leurs connaissances et leurs expériences, contribuant à décrypter et présenter des solutions répondant aux enjeux de transition économique, sociétale, technologique, numérique et/ou environnementale.
 
3e jeudi du mois, de 18h à 19h30
à l’Hotel de l’industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Inscription préalable obligatoire.
 
En partenariat avec la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, la Société des ingénieurs et scientifiques de France (Ile-de-France) et l’Association Bernard Gregory
Avec le soutien de MR21/EcoLearn, de la Fondation e5t et du collectif étudiant Pour un réveil écologique