Les polymères se réinventent sans cesse, quel avenir pour les plastiques ?

Pour le Développement des Sciences et de l’Innovation (PDSI) au service des transitions
Jeudi 20 mai 2021 de 18h à 19h30, en visioconférence via l’application Zoom


Voir la vidéo de la rencontre
Voir les PowerPoint de la présentation de J.-F. Gérard (© 2021 J.-F. Gérard, tous droits réservés) et de la présentation d’A. Marty (© 2021 A. Marty, tous droits réservés)

 
 
plastiques
 
Avec l’intervention de :
Jean-François Gérard, professeur à l’Institut national des sciences appliquées de Lyon (INSA) de Lyon et délégué scientifique à l’Institut de chimie (INC) du CNRS
Alain Marty, directeur scientifique de la société Carbios

Modération des échanges :
Jean-Pierre Cordier, vice-président de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale
 
 
Les «plastiques» sont partout dans notre quotidien et il est bien difficile de nous en passer. Quelles sont les évolutions en cours au regard de leurs spécificités, des usages et des enjeux industriels et économiques ?
Nous savons que ce sont le plus souvent des matériaux polymères issus de la pétrochimie (portes et fenêtres en PVC, mobilier, électroménager, vêtements, polyester renforcé fibres de verre, emballages en tout genre…).
En offrant un plus large spectre de mises en œuvre et d’utilisations, ils remplacent ou viennent en complément de matériaux macromoléculaires issus du monde vivant (bois, fibres végétales ou animales, caoutchouc, cornes…).

Spécificités des polymères… quelles nouvelles vies ?
Les polymères ont aussi conquis des applications spécifiques dans les domaines de la cosmétique, de la santé, du sport et des transports… Ils offrent déjà de multiples propriétés thermomécaniques, mais tout est loin d’être connu et utilisé, par exemple en associant les propriétés de deux polymères différents grâce à des compatibilisants, ou en utilisant des charges minérales adaptées.
L’évolution n’est donc pas terminée et de nouvelles vies s’ouvrent aux matériaux à base de polymères. C’est ce que présentera Jean-François Gérard en ouverture de cette conférence.

Biodégradation, recyclage et fin de vie… est-ce possible ?
Leur accumulation dans nos sociétés pose un problème de «fin de vie». Presque tous sont combustibles et donc valorisables comme tels. Un peu de sens civique permet d’éviter facilement la présence de déchets «plastiques» dans l’environnement. Leur biodégradation, leur recyclage en tant que matériaux sont des sujets de recherche et d’études, et de réalisations industrielles. Cela concerne principalement les élastomères (pneumatiques), les fibres (tissus), les emballages et les films. Des progrès récents en vue de leur dégradation enzymatique ouvrent des voies pour une récupération des monomères et leur réutilisation. C’est un des sujets qui sera présenté par Alain Marty en deuxième intervention de cette conférence, afin d’ouvrir le débat avec les participants.


Jean-François Gérard est professeur à l’université de Lyon / Institut national des sciences appliquées de Lyon au sein de l’unité mixte de recherche CNRS 5223, dont il a été le directeur. Il est également délégué scientifique à l’Institut de chimie du CNRS. Ses travaux sont consacrés à la chimie et physico-chimie des matériaux macromoléculaires en relation avec les propriétés physiques résultantes et les procédés d’élaboration et de mise en forme (polymères structuraux, notamment thermodurcissables et thermoplastiques, revêtements, matériaux composites, matière molle et colloïdes, etc.). Les études effectuées revendiquent une spécificité, celle de prendre en compte toutes les étapes de la «chaîne matériaux polymères» depuis sa conception, sa mise en situation dans des procédés et leur usage mais aussi l’intégration des principes de l’économie circulaire quant à leur capacité d’être recyclés. Ses recherches ont donné lieu à 270 publications dans des journaux scientifiques, 150 conférences invitées et plus de 450 présentations orales dans des conférences internationales, mais aussi à la formation par et pour la recherche de 78 doctorants qui exercent aujourd’hui essentiellement dans l’industrie. Très fortement lié tout au long de sa carrière, à travers des recherches collaboratives, à des entreprises françaises et étrangères dans le domaine des polymères et de leurs applications, il est aujourd’hui vice-président du pôle de compétitivité AXELERA animant les champs de la chimie, des matériaux et de l’environnement, mais aussi représentant de la recherche publique au sein du Comité de filière chimie et matériaux du Conseil national de l’industrie. Très investi dans l’animation de la recherche dans le domaine des polymères, il a été président du GFP (roupement français d’études et d’applications des polymères – Division matériaux polymères de la Société chimique de France) et de l’European Polymer Federation.

Alain Marty est titulaire d’un diplôme d’ingénieur et est docteur ingénieur en génie biochimique de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Toulouse. Il a commencé sa carrière en 1992 en tant que maître de conférences à l’INSA de Toulouse. Il devient professeur en 2007 et mène ses recherches au sein du Laboratoire d’ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISPB), laboratoire de renommée internationale affilié à l’INSA, au CNRS et à l’INRA. Ses domaines de recherche de prédilection sont les biotechnologies, la biocatalyse, l’enzymologie, l’ingénierie moléculaire d’enzymes et l’ingénierie métabolique. Au cours de sa carrière, il a toujours allié une recherche de pointe avec le souci de l’implémenter dans le monde industriel au travers de collaborations industrielles. Impliqué dès le début du montage du premier projet de Carbios, Thanaplast, il a eu pendant trois ans la responsabilité scientifique des actions de l’INRA dans le projet et était membre du Conseil scientifique de Carbios. Depuis avril 2015, il est le directeur scientifique de Carbios, société pionnière dans le développement de solutions enzymatiques dédiées à la fin de vie des polymères plastiques et textiles.

Jean-Pierre Cordier est vice-président de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale. Géologue et géophysicien, il a occupé des postes en recherche et en opérations chez Elf Aquitaine et chez Total. De 2013 à 2017, il a été vice-président du Global Compact France, organisme rattaché au Secrétariat général de l’ONU. A ce titre, il a participé activement à l’organisation des COP 21 à Paris et COP 22 à Marrakech. Il donne également des cours portant sur les relations entre Etats et entreprises et sur le changement climatique et la transition énergétique, dans les écoles et universités, en France et dans le monde entier (Afrique, Chine, Amérique du Sud, Asie centrale).


 
Inscription
 
Cette conférence sera organisée en visio via l’application Zoom.
Le lien Zoom de participation sera transmis ultérieurement aux inscrits.
 

Cycle de conférences
Pour le Développement des Sciences et de l’Innovation (PDSI) au service des transitions

 
Rencontres d’information scientifique et technologique, à visée pédagogique et didactique, autour d’un scientifique et d’un acteur socio-économique, qui présentent une thématique à travers leurs connaissances et leurs expériences, contribuant à décrypter et présenter des solutions répondant aux enjeux de transition économique, sociétale, technologique, numérique et/ou environnementale.
 
3e jeudi du mois, de 18h à 19h30
 
En partenariat avec la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, la Société des ingénieurs et scientifiques de France (Ile-de-France) et l’Association Bernard Gregory
Avec le soutien de MR21/EcoLearn, de la Fondation e5t et du collectif étudiant Pour un réveil écologique